5 preuves que la gauche est une maladie mentale

gauchistes en larmes

Partagez cet amalgame avec vos amis gauchistes !

Nous n’avons pas pour habitude de pratiquer la réduction psychologiste de nos contradicteurs. Pourtant, à l’échelle du monde occidental, il faut bien se rendre à l’évidence : le gauchisme relève de la pathologie mentale. Si jusqu’aux années 2000 le doute était encore permis, il est aujourd’hui clairement établi qu’une grande partie de l’humanité est malade. Passons quelques symptomes à la loupe.

1 – Pleurer lorsqu’un politicien corrompu perd une éléction

gauchistes qui pleurent

Contre toute attente, Hillary Clinton – qui avait promis d’entrer en guerre avec la Russie et de continuer les massacres qui ravagent le Moyen-Orient depuis des décennies –  a perdu l’éléction présidentielle Américaine. Voilà qui a suffi à provoquer des torrents de larmes chez tous les progressistes de la planète qui ne vont sans doute pas avoir de guerre mondiale à se mettre sous la dent pendant 4 longues années encore, autant d’occasions de perdues de pouvoir changer leur photo de profil Facebook au gré des catastrophes humanitaires provoquées par leur triste idéologie. On appelle cela « schyzophrénie », et c’est une maladie mentale.

2 – Mettre les rues à feu et à sang à la moindre contrariété

gauche-maladie-mentale-emeutes

Une étude récente montre que 92% des émeutiers vivent chez leur parents et qu’un tiers d’entre eux est au chômage. Ainsi, ils ne paient pas les impots que leurs politiciens de gauche mettent en place, au contraire, ils en vivent. Comme un enfant gâté qui n’a aucun scrupule à casser ses jouets au moindre caprice, les gauchistes détruisent tout ce qui se trouve sur leur chemin  dès que les medias leur ordonnent de s’indigner pour une raison X ou Y. Cette déviance ne peut trouver ses racines que dans des troubles psychiatriques profonds.

3 – La reductio Ad Hitlerum

hitler-gauche-maladie-mentale

Le conditionnement pavlovien d’un cerveau de gauchiste défie l’entendement.  Emettre la moindre resèrve sur des sujets tels que l’immigration, l’homosexualité, la théorie du genre, l’Union Européenne… vous vaut automatiquement l’appellation flatteuse de « fasciste », voire, si vous avez été un peu trop taquin, l’anathème suprême : Hitler. On cherche encore une explication à ce comportement tout-à-fait irrationnel.

4 – Le mélange des genres…

gauchisme-genre-maladie

Un homme avec un tatouage en forme de soutien-gorge, le mot « salope » inscrit sur le ventre, des bijoux et du vernis à ongles ne peut être, selon le point de vue, qu’un progressiste ou un malade mental… Ce qui revient plus ou moins au même. Est-il besoin d’en dire plus ?

5 – La défense systématique de l’agresseur face à la victime

theo hollande gauche maladie mentale

L’affaire Théo est tristement banale. Un trafiquant de drogue se fait contrôler par la police, son ami (Théo) intervient en insultant puis en frappant un policier, celui-ci se défend, et la matraque de l’un s’emboite malencontreusement dans le rectum de l’autre… ce que l’enquête tend déjà à démentir. Qu’importe, toute la caste politico-médiatique de gauche, jusqu’au président de la République en personne, vole au secours de l’agresseur. Le couple journalistes de gauche / sous-prolétaires immigrés  faisant encore une fois des siennes, les banlieues sont en flammes. Plusieurs victimes dans cette affaire : les policiers incriminés, le petit peuple qui voit sa voiture achetée à crédit partir en fumée, et le contribuable. Le gauchiste prend la défense systématique d’individus qui nuisent à la collectivité à longueur d’année. Ces mêmes individus qui sont par ailleurs nuisibles aux gauchistes eux-même.

Un individu en bonne santé peut-il subir une telle perte de contact avec la réalité ?

Partagez cet amalgame avec vos amis gauchistes !

Vous aussi, amalgamez :