Le fascisme au féminin : 6 photos choc de femmes réactionnaires

fascisme au féminin femme réactionnaire

Partagez cet amalgame avec vos amis gauchistes !

C’est un phénomène peu connu, mais dans la France de 2017, de nombreuses femmes vivent encore dans un obscurantisme préoccupant. Votre voisine ou votre cousine est peut-être l’une d’elles. Ces femmes, ce sont celles qui font le choix excentrique de ne pas rejoindre les rangs du féminisme émancipateur.

1 – Elles ne travaillent pas…

femmes féministes fascistes

Afin de s’émanciper de l’aliénation que représentent son foyer et son mari, la femme moderne jouit de l’un des plus grands privilèges du féminisme : le travail salarié, qui lui permet de s’épanouir sous les ordres d’un patron bienveillant, de 8h à 18h. Ainsi, elle met sa pierre à l’édifice de la grande civilisation occidentale en frappant des factures d’un coup de tampon libérateur, ou bien en exerçant son activité ô combien indispensable de community manager. Quant à la femme réactionnaire aux moeurs fascisantes, elle a le toupet de ne pas contribuer au PIB national en ne produisant que de l’économie ménagère insignifiante, comme entretenir son logis, élever ses enfants ou nourrir son mari.

2 – … ou exercent des professions dégradantes.

femmes fascisme féminisme

La plupart des femmes de la classe ouvrière, par nature réactionnaires et populistes, ne montrent aucun signe de reconnaissance envers les femmes de la bourgeoisie qui ont acquis de haute lutte l’accès au marché du travail. Alors qu’elles pourraient faire preuve de gratitude en devenant – comme les bourgeoises – artistes ou avocates, elles se contentent bien volontiers de métiers déshonorants dans des usines austères.

3 – Immanence et transcendance

féminisme fascisme

Comment reconnaître une femme rétrograde ? Il suffit d’attendre le Dimanche matin. Alors qu’une femme émancipée se remet des émotions d’un samedi soir féérique en discothèque, bien souvent la femme obscurantiste se trouve à l’église,  où elle communie avec d’autres fascistes dans le culte désuet d’un hypothétique Créateur, comme s’il était possible qu’il existe quelque chose de plus grand que Soi.

4 – La force dans le combat

fascisme feminisme femen

Héritière d’une tradition de combat social, la femme progressiste n’hésite pas à pisser dans la rue les seins à l’air afin de faire résonner la portée universelle de son message jusque dans le caniveau. A l’inverse, la femme réactionnaire manifeste généralement toute habillée, en ayant l’impertinence de croire qu’elle peut attirer l’attention sur le fond (bien souvent nauséabond) de sa revendication plutôt que sur ses formes.

5 –  Un peu de dignité

féminisme fascisme

On reconnait aisément une femme libre de son corps et de ses choix aux vêtements qu’elle porte. Son accoutrement est souvent une revendication en soi, celle qu’une femme n’est pas un objet sexuel. Aucune exhibition de chair n’est superflue pour faire passer ce message singulier. La femme réac, cloîtrée dans un égoïsme insoutenable, ne se pose pas tant de questions. La cause des femmes lui importe si peu qu’elle prend généralement un soin remarquable à obeir aux canons dérisoires que sont la classe et la dignité.

6 – La famille, cette structure répressive et obsolète

féminisme fascisme

La femme moderne connaît une vie amoureuse des plus épanouissantes, nottamment grâce à l’agrément qu’offrent les nouvelles technologies. Ainsi, elle ornemente volontiers son profil Tinder de selfies en sous-vêtement, ce qui lui permet d’ériger sa sexualité en combat émancipateur. A l’inverse, une fasciste aura tendance à  gâcher ses belles années auprès d’un mari étouffant et d’enfants turbulents. Une institution aussi réactionnaire que le mariage ne sert qu’à mettre une femme en esclavage, et pourtant… Les plus radicales d’entre elles prétendent que l’homme et la femme ne sont pas en compétition, mais plutôt qu’ils se complètent. On frôle la démence.

C’est bien évidemment une coïncidence que le totalitarisme de marché véhiculé par le monde culturo-mondain fasse la part belle au féminisme moderne plutôt qu’aux comportements archaïques des femmes réactionnaires. Seul un esprit perverti par l’extrême-droite pourrait croire que ce sont ces dernières qui sont véritablement en rébellion face à un système oppresseur.

Partagez cet amalgame avec vos amis gauchistes !

Vous aussi, amalgamez :